23 mai 2022 (Moderna)


𝗧𝗲𝗰𝗵𝗻𝗼𝗹𝗼𝗴𝗶𝗲 𝗔𝗥𝗡𝗺, 𝑏𝑦 𝑀𝑜𝑑𝑒𝑟𝑛𝑎

Revenons plus en détail sur un article de septembre 2016, qui avec le recul, nous intéresse particulièrement concernant la technologie ARNm...


Tout d'abord, l'article brosse un portrait accablant du PDG de Moderna,


1/14 ⤵️



2/14

Stéphane Bancel : ego démesuré, maniaque du contrôle, impatient, responsable d’une atmosphère de travail caustique, obsédé par le secret, considérant que ceux qui n’étaient pas d’accords avec lui n’avait pas leur place dans l’entreprise.


3/14

Bancel a construit une culture de récrimination, de réprimande, de harcèlement et de licenciement instantané sans aucune explication.

Les meilleurs employés quittent l’entreprise, incluant des hauts placés.

Aucune donnée sur ses essais cliniques n’est rendue publique !


4/14

Mais la partie la plus perturbante est la section consacrée à l’ARNm qui commence par « c’est hautement risqué ». 😳

Plusieurs entreprises pharma avant Moderna avaient abandonné leurs travaux sur l’ARNm considérant que c’était trop risqué.


5/14

Elles ont estimé qu’il était beaucoup trop difficile de faire rentrer l’ARNm dans les cellules sans provoquer des effets secondaires graves.

Malgré cela Moderna s’est lancé dans cette technologie pour le traitement des cancers et des maladies rares mortelles pour les enfants.


6/14

Toutefois, après plusieurs échecs, Moderna reconnaît qu’un traitement à base d’ARNm nécessiterait des injections de doses répétées sur plusieurs années afin que le corps du patient produise les protéines contre la maladie en continue.


7/14

Et après plusieurs autres échecs dans le domaine du cancer, Moderna change de spécialité en 2014 pour se lancer dans les vaccins.

Pourquoi ?

Pour limiter la toxicité induite par les injections répétées de produits à base d’ARNm !

En effet les nanoparticules lipidiques ⤵️



8/14

nécessaires pour transporter l’ARNm dans les cellules peuvent conduire à des effets secondaires dangereux notamment si les injections se répètent sur des mois ou des années.

C’est la raison pour laquelle Novartis, Roche et Merck ont abandonné leurs programmes utilisant l’ARNm


9/14

Moderna, CureVac et BioNTech se sont reconvertis dans le 💉 à base d’ARNm, abandonnant le cancer, c’est qu’ils pensaient que les vaccins contre une maladie infectieuse ne nécessiteraient que

"très peu de doses d’ARNm",

espérant ainsi éviter les effets secondaires graves. 🤔


10/14

Afin d’éviter la toxicité des nanoparticules lipidiques, le vice-président de BioNTech disait en 2014 que la technologie ARNm ne devait être utilisée que pour les maladies curables 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘂𝗻 𝘁𝗿𝗮𝗶𝘁𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗰𝗼𝘂𝗿𝘁 à base d’ARNm/14anoparticules lipidiques.


11/14

Les vaccins étant donc pour eux le domaine privilégié car normalement ne nécessitant que très peu d’injections voir 1 seule ! 😶

Nous savons à présent que les injections covid19 ne sont pas des vaccins et nécessitent des injections répétées tous les 3 mois. 🗓️💉 🗓️💉 🗓️💉



12/14

Nous avons donc un traitement chronique que Moderna, CureVac et BioNTech ont abandonné dans le cas du cancer à cause de la toxicité des nanoparticules lipidiques lors des injections répétées.

Raison pour laquelle les autres big pharma ont abandonné leurs plateformes ARNm.



13/14

Pourquoi ces produits sont-ils encore injectés ❓


Pourquoi aucune étude de toxicité n’est exigée de ces labos qui ont eux-mêmes remarqué que les 💉 répétées de nanoparticules lipidiques étaient toxiques pour l’homme lors de lors travaux sur les traitements anti-cancer ❓



14/14

Personne ne pourra dire qu’il ne savait pas car tout a été écrit !


https://www.statnews.com/2016/09/13/moderna-therapeutics-biotech-mrna/



 
2022-05-23 Technologie ARNm by Moderna
.pdf
Download PDF • 1.05MB

19 vues